EN GUISE D'ÉDITORIAL

Contre Macron et le Gouvernement, un Front Social ?


Ce n’est un secret pour personne : Macron veut parachever le chantier de destruction du Code du Travail entamé sous le règne de Hollande. La séquence de mobilisation exceptionnelle  contre la loi Valls / El Khomri de l’an dernier lui fait jouer la prudence : si le gouvernement annonce vouloir mettre en place une « méthode [basée sur] la concertation et la négociation, en garantissant une égalité de disponibilité et de dialogue pour chaque partenaire », il n’en prévient pas moins qu’il légiférera par ordonnances à la fin de l’été (bien étrange conception du dialogue ….)

Ce qu’il ressort de cette première salve d’attaques que le gouvernement veut mener durant l’été, c’est par exemple la fameuse décentralisation de la négociation au niveau de l’entreprise. Présentée comme une mesure de bon sens car au plus près du terrain et de ses réalités (« l’entreprise est le lieu où la création de la norme sociale permet de répondre de manière pertinente aux besoins spécifiques des salariés et des entreprises en construisant le meilleur compromis au plus près du terrain »), elle repose entièrement sur le mythe du « dialogue social ». En réalité le patronat pourra imposer sous couvert d’accords locaux, voire de consultation des salariés (les référendums d’entreprise) des régressions d’ampleur contre lequel les salariés ne pourront rien.

Ou alors ce sera le plafonnement des dommages et intérêts prononcés par les prud’hommes en cas de licenciement abusif. Ce qui signifie que les employeurs pourront provisionner des sommes permettant de licencier en toute irrégularité. Imaginerions-nous la même chose pour tous les actes délictueux ? Ensuite viendront des attaques sur la protection sociale et notre système de retraite…

Sous couvert de présenter la communauté de travail comme une communauté de destin, sans antagonismes de classes, dans laquelle tout pourrait se résoudre par le dialogue, il s’agit bien d’une attaque en règle contre le monde du travail tel qu’il existe aujourd’hui, avec ce qui reste de son environnement socialement protecteur.

Allons-nous laisser faire ? Allons-nous nous engluer dans un dialogue social dont nous sommes les premiers à dénoncer la fumisterie ou alors allons-nous réagir avant l’été et avant la promulgation des ordonnances ?

C’est tout le sens de la création d’un « front social », formé  de plusieurs dizaines d’organisations syndicales et associatives. Ce Front Social a été à l’initiative du « premier tour  social » juste avant le premier tour des élections et des manifestations du 8 mai. Le mois de juin devrait voir éclore une nouvelle série de manifestations et d’initiatives, par exemple avec la date du 19 juin.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Imprimer Partager par e-mail

Communiqué Solidaires: Quatre pages ludique sur la Loi travail   -                         Lire

Communiqué Sud Chimie: A propos du référendum d’entreprise -                            Lire

Communiqué Solidaires: Nous aussi, nous voulons réformer Le code du travail    Lire


Nous contacter

Plus

SUD CHIMIE SOLIDAIRES

Accueil documents Notre Organisation Nous Contacter NOTRE HISTOIRE Liens

SUD CHIMIE SOLIDAIRES

8, rue de la savonnerie 76000 ROUEN

+33.681336289

bureausudchimie@gmail.com


Accès Adhérents

Mise a jour

10/06/2017

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Imprimer Partager par e-mail